Tract #03
Camarades, que reste-il… que reste-il de nos rêves, de nos idéaux ?

Que dire aussi de l’arrivée de Leizen Alrun à la Chancellerie ? Agent efficace de la couronne aux antécédents irréprochables… Elle n’est rien d’autre que la femme du Major Stolen au Guet Urbain. Ainsi donc, Guet Urbain et Chancellerie continuent de dormir dans la même couche… Au sens littéral. A la vue de tous et sans que personne ne s’en émeuve. La méritocratie profite à ceux qui ont de bons contacts. Une seconde monarchie dans la monarchie…

Peuple de Hurlevent, tandis que tu t’apprêtes à affronter les frimas de l’hiver, jette un oeil par dessus ton épaule, car il se pourrait que certains te tondent la laine sur le dos avant même que tu ne sois rentré à la bergerie. Page d'accueil
Pour l’heure, nous attendons toujours les prémisses d’un nouveau système plus juste, plus complet. Nous ne nous endormirons pas dans la quiétude d’un confort trompeur. Nous n’oublions pas non plus que la ville est toujours sous le joug de la menace Écarlate.

L’automne s’abat sur nos contrées, emportant les attributs et les charmes de l’été, un à un… Que reste-t-il ? Le paysage prend un visage austère mais le monde a-t-il changé un tant soit peu ? Hedera veille toujours dans l’ombre, observant, jaugeant, méditant sur l’avenir des Hommes.

 

Notre aimable Chancellerie est finalement tirée de son réveil, courant après la queue du mauvais diable, aiguillonnée par l’idée que quelque part, quelqu’un pouvait la défier. Le Guet tâche de se montrer plus transparent sur ses affaires, plus hésitant à prendre des raccourcis qui pourraient lui coûter cher… Peut être la capitale est-elle sur le point de changer vraiment ?

Al-Rakim continue d’exercer le pouvoir suprême, outrepassant les lois mêmes de la cité. Nous les parias, les hors-la-loi, les fauteurs de troubles, connaîtrions-nous mieux les lois que ceux qui nous gouvernent ? Nos dirigeants ont-il oublié l'article CR-26 du Chapitre III, du Code des délits et des crimes ? Est-il utile de rappeler qu’est considéré comme un crime « l'appartenance à divers ordres bafouant la religion officielle » ? Ou bien, la déclaration plus récente de l'Église de la Lumière proclamant officiellement les Écarlates comme hérétiques ? Pourtant, nous étions sûrs d’avoir aperçu notre dévoué Chancelier lors de ce synode.

 

Des prêtres sont enlevés par ces mêmes fanatiques sans que personne ne cille, ni ne s’en soucie vraiment. Oui, ceux-là mêmes continuent de circuler dans nos rues paisiblement et même la puissante Cathédrale recule face aux menaces, allant jusqu’à annuler son dernier synode, si ce n’est ses élections. Il est temps, camarades, il est temps de faire cesser cette hypocrisie. Une réélection arrivera  sous peu, et ces aberrations perdureront si rien n’est fait.

Nous demandons officiellement, purement et simplement, la démission ou la destitution par ses pairs, du Chancelier Al-Rakim. Entre sa cité et son tabard, il nous a fait comprendre son choix. A nous de faire le nôtre.